Tagtik

Europe: voyager en train avec son vélo, un vrai chemin de croix

Rares sont les compagnies ferroviaires qui simplifient véritablement la vie des adeptes du tourisme à vélo en Europe, selon un rapport publié par la fédération cycliste européenne (ECF). Voyager en train avec sa bicyclette reste un véritable défi.

 

Les compagnies de chemin de fer proposant une offre adaptée aux cyclistes ou aux adeptes du tourisme à vélo sont rares, estime un rapport récent publié par la fédération cycliste européenne (ECF).

La majorité des compagnies ferroviaires ne proposent toujours pas assez de places aux cyclistes et à leur vélo et quand elles le font, celles-ci sont difficilement accessibles. Voyager confortablement avec sa bicyclette sur les chemins de fer du Vieux Continent s'apperente donc à un chemin de croix, si l'on en croit les auteurs de cette étude.

Au total, pas moins de 69 compagnies et services ferroviaires européens ont été passés au crible et jugés en fonction de plusieurs critères : espaces réservés aux vélos dans les trains, tarifs demandés pour le passager et sa monture, offres de location de vélo, qualité des sites internet des compagnies pour réserver une place de cyclsite, ... Au final, les compagnies ainsi screenées obtiennent une note sur 100.

Si vous envisagez de prendre des vacances avec votre vélo cet été, sachez que c'est la société mixte germano-hollandaise NS-DB (Intercity Berlin) qui obtient la meilleure note de ce bulletin. Elle est même la seule à obtenir un score d'excellence, c'est-à-dire au-dessus de 80%. D'autres compagnies de chemin de fer réalisent néanmoins un bon score : c'est le cas les Chemins de fer fédéraux suisses (CFF), de la Société nationale des Chemins de fer belges (SNCB/NMBS), de la Deutsche Bahn (DB) en Allemagne et des Chemins de fer nationaux hongrois (MÁV-START). La SCNF obtient pour sa part un bulletin très mitigé, en milieu de classement, avec un score légèrement sous la moyenne de 50%.

Sur les 69 compagnies étudiées, 15 n'acceptent tout simplement pas les bicyclettes à bord, sauf si elles sont pliables ou démontées. Une démonstration que voyager à vélo en train et en Europe n'est vraiment pas encore entré dans les moeurs, du moins pour les opérateurs ferroviaires. Les pires élèves de la classe? Eurostar, Thalys ou OuiGo, qui obtiennent des cotes d'exclusion voire des score carrément nuls.

Ce rapport a en tous cas le grand mérite de sensibiliser les professionnels du transport, mais aussi les responsables politiques, aux enjeux de la mobilité combinée train/vélo, deux modes de transport durables et la "flexibilité" réelle vécue par les usagers.

Pour la grande majorité des compagnies ferroviaires européennes, les points d'amélioration principaux sont l'accès aux trains pour les bicyclettes non pliables et non démontées, la création d'espaces réservés aux vélos dans les trains et les gares, l'investissement dans des systèmes de partage de bicyclettes ou encore une meilleure information des cyclistes sur les services offerts.

Il ne reste plus qu'à opérer de profondes réformes sur les trains européens pour mettre ces projets indispensables sur les rails...

(FL/Picture : Pixabay)

Fred Lebon

Fred Lebon

Journaliste FR aimant chiffres et graphes- Consommation, économie, société, statistiques

Pour aller plus loin