Tagtik

Van der Poel, le cauchemar d'Alaphilippe?

Deuxième victoire consécutive au Tour de Suisse, hier, pour Mathieu Van der Poel, qui mène désormais 6-2 sur l'ensemble de la saison face à son rival français. Comme la veille, c'est Julian Alaphilippe qui s'est montré le plus démonstratif. Comme la veille, c'est Mathieu Van der Poel qui a été capable de surgir au moment décisif. Le Français fait-il un complexe?
 
 
Avant d'aller plus loin et vous entraîner dans notre sillage pour ce face-à-face statistique entre les deux champions, rappelons que les palmarès de Julian Alaphilippe et de Mathieu van der Poel ne sont évidemment pas comparables. Du moins si l'on s'en tient aux épreuves sur route...
 
Des palmarès incomparables
 
Certes, avec le Tour des Flandres 2020, l'Amstel Gold Race 2019 et la dernière édition des Strade Bianche à son tableau de chasse, le petit-fils de Poulidor a déjà dompté trois classiques majeures. Beaucoup s'en contenteraient...
 
Mais l'armoire à trophées d'Alaphilippe est encore d'un autre tonneau. Champion du Monde en titre, triple vainqueur de la Flèche Wallonne (2018/2019/2021), lauréat de Milan-San Remo (2019) et des Strade Bianche (2019), le palmarès du Français est nettement plus étoffé. Mais le leader de Deceuninck-QuickStep est présent au plus haut niveau sur la route depuis 2015 au moins, soit quatre ans avant Van der Poel. Difficile de faire des comparaisons valables, donc...

 
Un registre très similaire
 
Ce qui est sûr par contre, c'est que les deux coureurs évoluent dans un registre très similaire, celui des puncheurs/sprinteurs, et sont très souvent opposés. Et cette saison, les chiffres plaident largement en faveur du jump inimitable du champion hollandais.
 
Sur un total de 6 victoires en 2021 (une victoire d'étape au Tour des Emirats, les Strade Bianche, deux victoires d'étape à Tirreno et deux victoires d'étape au Tour de Suisse), Van der Poel s'est imposé 5 fois dans des épreuves auxquelles participait également Alaphilippe.. 
 
En 2021, Alaphilippe ne s'est imposé jusqu'ici que deux fois : à la Flèche Wallonne (mais Van der Poel n'y était pas) et sur une étape de Tirreno (en battant Van der Poel au sprint, mais Van der Poel a, lui, gagné deux étapes sur la même épreuve!)

 
Un complexe Van der Poel ?
 
On peut donc dire que le Hollandais sort cette année largement vainqueur des confrontations directes entre les deux champions. De là à dire qu'Alaphilippe fait un complexe Van der Poel, c'est sans doute un peu exagéré.
 
Par contre, sur les deux premières étapes du Tour de Suisse, on a de nouveau vu un Alaphilippe particulièrement nerveux, multipliant les attaques télévisuelles et photogéniques, mais souvent à contretemps. Très agité, dispersé, gaspillant inutilement ses forces dans toute une série de petites erreurs et de petits gestes inutiles (ses chaussures, sa gourde, son oreillette, la moto...), il n'a pas su conclure. Parce qu'il fait (parfois) trop de choses à la fois? C'est possible...
 
Van der Poel, lui est un champion à sang froid, impénétrable, difficile à percer et à lire, doté d'une énorme confiance en ses moyens mais toujours précis dans ses initiatives et ses décisions. Son attaque en descente, lundi et son sprint meurtrier, mardi, en sont deux nouvelles preuves.
 
Pour le moment, Van der Poel mène 2-0 sur le Tour de Suisse et 6-2 sur l'ensemble de la saison. Il serait étonnant qu'Alaphilippe ne soit pas, à terme, légèrement perturbé par ces chiffres...
 
(LpR/Illustration : Tim McDonagh)

LpR

LpR

Journaliste FR @Tagtik - Rubriques société, politique et économie

Pour aller plus loin