Tagtik

Liège-Bastogne-Liège 1966: le seul monument de Maître Jacques

En 1966, Jacques Anquetil, un des plus féroces chasseurs de grands tours de l'histoire, remportait son seul monument cycliste en s'imposant en solitaire au vélodrome de Rocourt cinq minutes devant son premier concurrent. Retour sur un Liège-Bastogne-Liège de légende...


En 1966, Jacques Anquetil, 32 ans, est sur le déclin, deux ans après avoir remporté son cinquième Tour de France au terme d'un duel épique avec Raymond Poulidor, dont les images sont restées célèbres.

Avec cinq triomphes dans la Grande Boucle, deux succès au Giro et une victoire sur la Vuelta, il est -à l'époque- le roi incontesté des courses à étapes. Mais son palmarès ne compte aucune grande classique, qu'il rechigne à disputer, considérant qu'il s'agit d'une "loterie", où le plus fort ne l’emporte pas toujours.

Certes, il a gagné Gand-Wevelgem, en 1964 (notre photo) et Bordeaux-Paris (une course d'un autre genre), en 1965. Pour le reste, pas grand chose à semettre sous le douze dents, à part quelques places d'honneur indignes de son talent sur Paris-Roubaix, la Flèche Wallonne ou le Tour de Lombardie.

Fin de règne

En mars 66, la fin de règne de Maître Jacques se concrétise un peu plus encore avec l'émergence d’un jeune Belge de 20 ans, qui s'impose sur Milan-Sanremo. Il s'appelle Eddy Merckx. Felice Gimondi, le vainqueur du premier Tour de France post-Anquetil vient de s'imposer sur Paris-Roubaix. Anquetil sait que son avenir est derrière lui...

Alors qu'il est en pleine préparation pour le Giro, il décide de participer aux Ardennaises. Sur la Flèche Wallonne, Anquetil termine 13e à 3’30’’ de l’Italien Michelle Dancelli, non sans avoir aidé Lucien Aimar, son coéquipier de l’équipe Ford, qui termine deuxième. Anquetil, qui a fait ce jour-là jeu égal avec Gimondi, Motta, Adorni, Van Looy et Poulidor sent que son coup de pédale est bon et qu’il peut jouer son va-tout sur Liège-Bastogne-Liège, trois jours plus tard.

Sous le soleil

Nous sommes le 2 mai 1966 et c'est sous un soleil radieux que le Normand, qui déteste le vent et la pluie, prend le départ de la course.

Toujours aux avant-postes, il prend la poudre d'escampette à 43 bornes de Rocourt et rejoint rapidement les 3 hommes de tête: il y a là le Luxembourgeois Johnny Schleck, père de Frank et Andy, le Belge Joseph Spruyt et le Français Jean-Pierre Genêt.

Dans la difficulté suivante, à la sortie de Theux, Anquetil lâche ses trois compères, qu'il se lasse de voir assis sur son porte-bagages et s'impose au terme d'un solo de 35 kilomètres avec cinq minutes d’avance sur Vic van Schil.

Merckx, huitième, qui disputait là sa première Doyenne n'a pas perdu une miette de la méthode Anquetil. Par la suite, il remportera cinq fois Liège-Bastogne-Liège (1969, 71, 72, 73 et 75).

Epilogue sur tapis vert

Mais la course connait son épilogue sur tapis vert. Deux jours après l'arrivée, Jacques Anquetil est privé de sa victoire, pour s'être dérobé au contrôle antidopage à l’arrivée ! Le Normand conteste : la personne qui a voulu lui faire passer le contrôle l'a fait trop tard et n'était pas habilitée à le faire. "Je suis un homme, pas une fontaine", argue Anquetil. Défendu par Maître Floriot, un célèbre avocat de l'époque, il obtient gain de cause. Il n'est ni déclassé ni sanctionné.

Au Giro 1966, il est troisième derrière Gianni Motta et Italo Zilioli. Sur le Tour, il aide Lucien Aimar à battre Poulidor qui, lui rend la monnaie de sa pièce aux Championnats du monde, fin août, au Nürburgring.

Liège-Bastogne-Liège 1966 est bien le dernier grand exploit de Jacques Anquetil. Il terminera encore quatrième à Liège, en 1968, dans une course gagnée par Valère Van Sweevelt.

L'année suivante, le règne du Cannibale va commencer... 

(LPR - Photo : Koch, Eric / Anefo — [1] Dutch National Archives, The Hague, Fotocollectie Algemeen Nederlands Persbureau (Anefo)

Le classement
1. Jacques Anquetil
2. Victor Van Schil
3. Willy In’t Ven
4. Walter Godefroot
5. Willy Planckaert
6. Michele Dancelli
7. Willy Bocklant
8. Eddy Merckx
9. Joseph Huysmans
10. Roger Swerts

LpR

LpR

Sport and data journalist @Tagtik - Crystal Palace, Andy Hampsten, Antoine Blondin & Sachin Tendulkar - redaction@tagtik.be

Pour aller plus loin