Tagtik

Les Archives du Tour - 1995, Jalabert dans la légende du 14 juillet à Mende

Ce samedi, le Tour fait étape à Mende pour la sixième fois. Avec son final difficile, la côte de la Croix Neuve (2e catégorie, 3 km à 10%), cette arrivée est un classique du genre depuis la victoire en ces lieux de Laurent Jalabert en 1995, lors de la grande première de cet itinéraire...


Chaque année, le jour du 14 juillet, la France se cherche un fiancé et cette année-là, c'est Laurent Jalabert qui va faire figure de gendre idéal. Le 14 juillet 1995, il remporte ce qui est sans doute sa plus belle victoire sur le Tour et devient un des 30 Français à lever les bras un jour de fête nationale, comme Jacques Anquetil (2x), Raymond Delisle, Bernard Thévenet (2x) ou Vincent Barteau.

Il reproduira cet exploit en 2001 (à Colmar) et sera imité ensuite par Laurent Brochard (1997), Richard Virenque (2004), David Moncoutié (2005) et Warren Barguil (2017).

Dans des temps plus reculés, Émile Idée (1949), Jean Robic (1953), Jean Bourles (1957), Roger Pingeon (1968), Bernard Labourdette (1971) et Mariano Martinez (1980) ont également goûté à la joie d’une victoire sur le Tour de France un 14 juillet.

Le fiancé de la France fait naître la Montée Jalabert

Cette victoire de Jalabert à Mende vient couronner une saison exceptionnelle, où il gagnera Milan-Sanremo, Paris-Nice, le Critérium International, la Flèche Wallonne, le Midi-Libre et le Tour de Catalogne.

Dès le km 24, le peloton se fracture en deux groupes, puis Jalabert et Dario Bottaro trouvent l’ouverture, bientôt rejoints par Melchior Mauri, un équipier de Jalabert, avant de recevoir au km 69, le renfort de Peron, Podenzana et, surtout, Neil Stephens, un deuxième équipier de Jaja. Au sommet de la côte des Baraques, le peloton est à plus de dix minutes et Jalabert, 6ème au départ est virtuel maillot jaune.

Après avoir effectué un travail de titan, Stephens est lâché dans la côte de Charpal et Mauri prend le relais de façon à laisser à son leader 7 minutes d'avance à 25 km du but.

Dans la montée de la Croix-Neuve (3 km à 10% !), qui mène à l'arrivée, Jalabert remercie ses équipiers en finissant le travail. Il s'impose en solitaire devant ses parents venus en voisins. Il récupère près de six minutes au général et s’installe à la sur la troisième marche du podium.

La côte finale qui mène à l'aéroport de Mende s'appellera désormais pour toujours Montée Jalabert.

Vainqueur de la Vuelta cette année-là, il compte à son palmarès 25 étapes de grands tours (4 en France, 18 en Espagne et 3 en Italie). Double maillot à pois du Tour (2001 et 2002), double maillot vert du Tour (1992 et 1995), il a remporté trois fois Paris-Nice, la Flèche Wallonne, le Tour de Lombardie, Milan-Sanremo, la Classica San Sebastian.

(LpR/Picture : Tagtik)

LpR

LpR

Journaliste FR @Tagtik - Rubriques société, politique et économie

Pour aller plus loin