Tagtik

Masques : le grand désarroi des communes

Depuis les déclarations du dernier Conseil National de Sécurité, évoquant le port généralisé du masque dans la première phase du déconfinement, les autorités communales sont débordées par les demandes de leurs administrés. Et ne savent plus à quel saint se vouer.

Car en effet, si le port du masque est imposé à tous les citoyens, où les trouvera-t-on? Et qui les fournira? Des questions a priori simples mais qui restent sans réponse et alimentent l'angoisse de la population. "Nous sommes effarés de voir les actions dispersées à l’heure actuelle. Nous voudrions des règles claires pour assurer une fourniture coordonnée. Le temps presse pour passer des commandes de masques en tissu", regrette Maxime Daye, qui préside l’Union des villes et des communes wallonnes.

Dans une lettre ouverte rédigée à l'attention de Sophie Wilmès et des autorités régionales, l’UCVW plaide pour la création d’une unité de production nationale et la distribution gratuite à grande échelle des masques. Elle exige également plus de clarté quant aux instructions précises à donner aux citoyens éventuellement contraints à l'avenir de porter un masque.

En attendant, chaque commune y va de sa petite idée, en ordre dispersé: commandes en urgence, appels à la production artisanale, initiatives citoyennes, décisions isolées de bourgmestres, bousculés par leurs administrés. Il semble à présent urgent de retrouver un peu de cohésion et d'harmonisation dans cette cacophonie, qui conduit à un éparpillement des commandes. Car dans l'attente d’instructions plus claires à l’issue du CNS de vendredi, c'est du chacun pour soi.

Face à un virus de cette puissance et de cette morbidité, ce foutoir ambiant est franchement inquiétant.

(Fred Lebon - Source : La Libre /picture: Belga)

Fred Lebon

Fred Lebon

Journaliste FR @Tagtik - Chiffres et graphes- Rubriques consommation, économie, société

Pour aller plus loin