Tagtik

Le réchauffement des océans, c'est un Hiroshima toutes les secondes

Le réchauffement océanique moyen constaté depuis 1871 est équivalent à l'énergie émise par l'explosion d'environ 1,5 bombe atomique par seconde.

Quand on évoque le réchauffement climatique, les premières images qui nous viennent à l'esprit sont le recul des glaciers, l'élévation de la température de l'air (il suffit de penser à nos étés de plus en plus caniculaires caniculaires) ou la fonte des calottes glaciaires, entraînant une montée inexorable du niveau des océans.

Pourtant, c'est une réalité tronquée, puisque plus de 90% de la chaleur due aux émissions de gaz à effet de serre est en fait absorbée par les mers. Les 10% restants étant, eux, responsables du réchauffement de l'air, du sol ou des calottes glaciaires, indiquent des recherches menées en 2019 par la Oxford University.

En un siècle et demi, la chaleur totale ainsi 'pompée' par les océans équivaut à mille fois la consommation énergétique annuelle de la planète. Le quotidien britannique The Guardian s'est amusé à calculer que le réchauffement océanique moyen constaté depuis 1871 équivaut à l'énergie émise par l'explosion d'environ 1,5 bombe atomique par seconde.

Cette interpellante étude, publiée dans la revue 'Proceedings of the National Academy of Sciences', il y a 3 ans déjà, mais passée relativement inaperçue, tente de mesurer l'impact du réchauffement des profondeurs océaniques. Elle est plus que jamais d'actualité avec les grosse vagues de chaleur précoces de cette fin de printemps 2022.

Autre point intéressant soulevé par les auteurs de cette étude : l'élévation du niveau des océans, qui menace de faire à moyen terme des millions de réfugiés climatiques, n'est pas uniquement provoquée par la fonte des glaces terrestres.

La dilatation physique de l'eau, due à son réchauffement, est un facteur à ne pas négliger, selon les résultat de ces recherches. Cette énorme quantité d'énergie ajoutée aux océans fait monter le niveau de la mer et amplifie la violence des ouragans.

L'équipe de scientifiques de l'université d'Oxford espère qu'une meilleure compréhension des changements induits par la hausse de la température des océans permettra de mieux anticiper l'élévation du niveau de la mer dans différentes régions du globe.

 

(LpR - EVG - Source: The Guardian/ Picture : Pixabay)

LpR

LpR

Journaliste FR @Tagtik - Rubriques société, politique et économie

Pour aller plus loin