Tagtik

Trop d'enfants belges vivent dans la précarité

La problématique fait froid dans le dos, 15% des enfants belges vivent dans une situation de privation et expérimentent, au quotidien, une certaine forme pauvreté, peut-on lire ce matin dans La Dernière Heure.

Les privations que subissent ces enfants peuvent prendre plusieurs formes : ils sont privés de loisirs, ils vivent dans une habitation insuffisamment chauffée, ils n'ont pas accès à une alimentation équilibrée,...

La Belgique étant un pays dit 'riche', cette situation est difficile à admettre. Et malheureusement la comparaison avec les pays voisins, ne vient pas rehausser la réputation de notre petit territoire.

Si le chiffre global est comparable à celui des Français - ce qui n'est pas une occasion de se réjouir - nous faisons moins bien en la matière que les pays limitrophes. La différence est encore plus marquée pour les formes de précarité très sévères.

Il y a à peine un an, Olivier Marquet, le directeur général d'Unicef Belgique, avait déjà dénoncé cette situation inacceptable.

Le même constat alarmait déjà, en 2016, Marie-Thérèse Casman, sociologue à l'ULg qui donnait son point de vue dans La Libre Belgique: "Depuis la crise économique de 2008, alors qu'on pensait à l’époque être sur le point d’éradiquer la pauvreté en Belgique, les choses empirent. C'est dû à de nombreux facteurs, notamment aux mesures du gouvernement visant à limiter l’accès aux allocations de chômage et à l’augmentation du nombre de familles monoparentales, plus touchées par la précarité".

(FvE - Source: La Dernière Heure - Picture : Pixabay)

Fabienne van Elmbt

Fabienne van Elmbt

PR/Press/Copywriter - Coach

Pour aller plus loin