Tagtik

Menace sur les soins infirmiers à domicile ?

A l'heure où les discussions autour de l'élaboration du 'budget soins de santé 2020' sont en cours, la Fédération de l'Aide et des Soins à Domicile (ASD) tire la sonnette d'alarme.

Depuis des mois, notamment dans le cadre des #mardidesblousesblanches, les infirmiers dénoncent leurs conditions de travail : cadences infernales, épuisement, précarité, sous-financement,... tous les secteurs sont touchés. Et les soins infirmiers à domicile ne font pas exception.

A l'heure où les discussions autour de l'élaboration du 'budget soins de santé 2020' sont en cours, la Fédération de l'Aide et des Soins à Domicile (ASD) tire la sonnette d'alarme.

La situation serait de plus en plus intenable pour les infirmiers et infirmières qui se rendent aux domiciles de leurs patients afin de leur prodiguer des soins. Marc, infirmier à domicile, rapporte dans les colonnes de La Dernière Heure : "On fait face à des cadences infernales... On monte au créneau car on craint pour la sécurité des patients. On peut le dire, les soins de santé à domicile sont en péril, comment voulez-vous soigner un patient en quelques minutes ? C'est impossible, et pour ce qu'on touche, ça n'a pas d'intérêt (...) Si on appelle à l'aide, c'est avant tout parce que l'on souhaite assurer des soins de qualité sur le long terme. Ici, on est parfois proche d'une forme de bénévolat".

Selon la Fédération de l'Aide et des Soins à Domicile, depuis les années 2000, les prestations de ces infirmiers accusent un écart de plus en plus important avec les indices du baromètre du coût de la vie. Tous les observateurs et les prestataires confondus évaluent le différentiel entre l'intervention Inami et les coûts réels des infirmiers à environ 10%. Autres chiffres concrets avancés par l'ASD : depuis 2012, le secteur des infirmiers à domicile a été contraint de réaliser 77.621 millions d'euros d'économies.

Une situation que pointe Edgard Peters, directeur des soins infirmiers à l'ASD : "La cause principale est le manque d'investissement du monde politique envers les soins de santé à domicile. Depuis 2013, on fait face à un sous-financement et ça ne peut plus durer (...) Les statistiques annoncent qu'en 2030, les plus de 65 ans seront plus de 2,7 millions (contre 1,9 million en 2012). Les demandes pour un maintien à domicile iront donc croissant."

Le directeur de l'ASD poursuit : "Si on n'a pas de financement adéquat dans les prochains mois, on risque de tomber dans un système de soins de santé à deux vitesses où seuls les gens les plus riches pourront se permettre de bénéficier de ces soins, et ceux qui ont moins de moyens ne pourront pas".

Pour ces raisons évidentes, la fédération revendique un (re)financement des soins infirmiers à domicile, via "la mise en place une approche budgétaire sur 5 ans", conclut le quotidien.

(FvE - Source : La Dernière Heure - Picture: Pixabay)

FvE

FvE

PR/Press/Copywriter - Globetrotteuse - AsiaMania - Reading addict

Pour aller plus loin