Tagtik

Les marcheurs contre Marrakech braveront-ils l'interdiction?

Malgré l'interdiction décrétée par le bourgmestre de Bruxelles Philippe Close (PS), la marche contre Marrakech aura bien lieu dimanche dans la capitale, annoncent les organisateurs.

Des mouvements, partis ou groupuscules de la mouvance d'extrême-droite, comme les associations étudiantes KVHV et NSV, Shield and Friends, Outpost ou le Vlaams Belang ont annoncé il y a une semaine leur intention d'organiser une "Marche contre Marrakech" pour protester contre la signature par l'Etat Belge du Pacte des Nations Unies sur la migration. Des hooligans affiliés à différents clubs de football belges se sont également engagés à participer à cette marche aux relents nauséabonds.

"Nous manifesterons tout de même dimanche contre le pacte sur les migrations de Marrakech", a menacé Filip Brusselmans, responsable presse de KVHV Anvers et initiateur de l'événement. "Nous nous basons sur le droit à nous rassembler et sur le droit à la liberté d'opinion", a-t-il ajouté, soulignant que l'objectif était de manifester sans violence. "Nous ne cherchons pas une confrontation avec la police."

"Il est hors de question de laisser une marche brune se dérouler à Bruxelles", avaient pour leur part répondu le ministre-Président de la Région bruxelloise Rudi Vervoort et le bourgmestre de Bruxelles Philippe Close.

Les organisateurs consultent leurs avocats afin d'entamer une procédure d'urgence au Conseil d'Etat pour obtenir le droit de manifester.

Selon Filip Brusselmans, des bus de manifestants en provenance de six centres urbains vont prendre la route de Bruxelles dimanche matin. "Les participants à cette manifestation sont les personnes qui seront victimes du pacte des migrations de Marrakech. Ils ont le droit d'exprimer leur opinion dans la rue", estime-t-il.

(LpR/Picture : Pixabay)

LpR

LpR

Sport and data journalist @Tagtik - Crystal Palace, Andy Hampsten, Antoine Blondin & Sachin Tendulkar - redaction@tagtik.be

Pour aller plus loin