Tagtik

Les enfants en situation de handicap, exclus de notre enseignement?

A l’occasion de la journée internationale des personnes en situation de handicap, ce 3 décembre, la Ligue des familles s’est intéressée à l'endroit où d'éventuelles inégalités commencent : l’école. Elle publie un long communiqué sur ce sujet...

38 000 enfants sont aujourd'hui scolarisés dans l’enseignement spécialisé en Fédération Wallonie-Bruxelles. Ils forment une bulle totalement séparée des autres enfants.

La Ligue des familles publie une étude qui définit les étapes concrètes à franchir afin que toutes les écoles puissent à l’avenir inclure tous les enfants, quels que soient leurs besoins.

L'objectif à long terme (d’ici 20 ans)? Réaffecter les moyens consacré aux écoles spécialisées et les faire glisser vers un accompagnement optimal des enfants en situation de handicap dans l’enseignement ordinaire. La création de classes spécialisées intégrées aux écoles ordinaires, comme solution de dernier recours pour les cas les plus lourds, permettrait tout de même aux enfants de se côtoyer dans la cour de récréation.

Aujourd’hui, tous les enfants ne grandissent pas ensemble

En théorie, de nombreux élèves en situation de handicap devraient pouvoir rester dans une école « ordinaire » grâce à des aménagements raisonnables (ex. : rampe d’accès aux locaux, cours en langue des signes, en braille…). En pratique, rares sont les élèves qui obtiennent ces aménagements. Les enfants à besoins spécifiques (handicaps lourds mais aussi troubles légers de l’apprentissage) sont aujourd’hui quasi-automatiquement dirigés vers l’enseignement spécialisé. Tous les enfants ne grandissent donc pas ensemble.

Des pays européens ont réussi à inclure tous les enfants dans l’enseignement ordinaire

En Italie, au Portugal et au Danemark, la quasi-totalité des enfants sont scolarisés dans l’enseignement ordinaire. Les écoles se sont adaptées aux besoins de chaque enfant et le recours aux établissements spécialisés est devenu l’exception. La Fédération Wallonie-Bruxelles fait à cet égard partie des cancres européens : 4,1% des enfants y sont inscrits dans l’enseignement spécialisé alors que la moyenne européenne est d’1,5%.

L'entièreté de cette étude est à lire sur le site de la Ligue des familles

Fred Lebon

Fred Lebon

Journaliste FR aimant chiffres et graphes- Consommation, économie, société, statistiques

Pour aller plus loin