Tagtik

Deux fois plus d'élèves aux cours de religion islamique

En Flandre, comme en Fédération Wallonie-Bruxelles, les chiffres disponibles montrent une nette augmentation du nombre d'élèves inscrits au cours de religion islamique...

En Flandre, de plus en plus d'élèves optent pour les cours de religion islamique. En dix ans, la proportion d'étudiants qui veulent apprendre les préceptes du Coran à l'école a quasiment doublé.

Cette nette augmentation des élèves inscrits aux cours de religion islamique est difficile à expliquer par des raisonnements simplistes. "D'une façon générale, on note de grands changements dans les choix qui sont faits. Les Flamands de souche optent toujours pour les cours de morale ou de religion catholique. Les populations avec un passé migratoire, comme les petits-enfants des premiers migrants du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord, optent la plupart du temps pour l'Islam", souligne dans Het Nieuwsblad Ahmed Azzouz, inspecteur pour la religion islamique dans l'enseignement flamand.

Les chiffres de la natalité et les regroupements familiaux ont aussi un effet sur ces statistiques explique cet inspecteur. Un autre facteur important étant evidemment l'afflux récent de réfugiés dans notre pays. "Depuis 2011, d'importantes populations venues du Moyen-Orient, d'Afrique de l'ouest et d'Aghanistan sont arrivées ici. Dans le passé, d'autres musulmans européens sont venus chez nous, en provenance des Balkans, par exemple. Les enseignants sont aujourd'hui face à des cultures venues des 4 coins du monde."

En Fédération Wallonie-Bruxelles, les chiffres disponibles montrent aussi une nette augmentation du nombre d'élèves inscrits au cours de religion islamique.

Les statistiques sur l'évolution du pourcentage d’élèves inscrits aux différents cours convictionnels (réseau officiel, enseignement ordinaire) montrent que, dans le primaire, pour la religion islamique, on est passé de 15,2% des inscrits lors de l'année scolaire 2010/2011 à 21,1% des inscrits en 2017/2018. Dans le secondaire, l'évolution des chiffres pour la même période est très comparable: de 15,6% à 19,7%.

Si l'on s'intéresse à la région de Bruxelles-Capitale, sur la même période, on constate qu'entre 2017 et 2018, la proportion d'élèves inscrits au cours de religion islamique est passée de de 43% à 50,7% (primaire) et de 41,4% à 48,6% (secondaire).

(LpR avec Skwadra/Source: Het Nieuwsblad/Illustration picture: Pixabay)

LpR

LpR

Sport and data journalist @Tagtik - Crystal Palace, Andy Hampsten, Antoine Blondin & Sachin Tendulkar - redaction@tagtik.be

Pour aller plus loin