Tagtik

Corona: 1 patient sur 4 admis en soins intensifs n'a pas survécu

Ce sont des chiffres qui font froid dans le dos, mais ils son tirés d'une enquête menée par De Standaard dans un certain nombre de grands hôpitaux du nord du pays. Il en ressort qu'un quart des patients atteints du coronavirus admis en unité de soins intensifs seraient décédés.

Selon De Standaard, près d'un quart (23 %) des patients atteints de Covid-19 et admis en soins intensifs n'a pas survécu. Un chiffre non définitif qui, s'il recouvre une triste réalité, reste bien inférieur à ce que prévoyaient les premières statistiques, au début de la pandémie.

Ainsi, une étude chinoise avait annoncé que 97% des patients placés sous respirateur n'avaient pas survécu, alors que des statistiques britanniques indiquaient que la moitié des patients aux soins intensifs étaient décédés.

La Belgique semble donc avoir évité le pire, du moins pour les patients admis en soins intensifs. "Nous avions estimé que seule la moitié des patients en soins intensifs survivraient", reconnaît dans de Standaard Hans Rigauts, le directeur général de l'hôpital Sint-Jan Brugge-Oostende.

Il faut dire qu'en prévision d'un scénario "à l'italienne", nos hôpitaux avient massivement investi dans du matériel. Autre chiffre interpellant seul un tiers des décès enregistrés dans les hôpitaux a eu lieu aux soins intensifs, toujours selon De Standaard. En effet, si les chances de survie d'un patient sont jugées top faibles, le traitement intensif n'est souvent pas entamé. "Il est beaucoup plus difficile d'arrêter une thérapie intensive que de ne pas la commencer", exlique Manu Malbrain, responsable de la médecine intensive à l'UZ Brussel. "Ces décisions éthiques difficiles pèsent lourdement sur le moral du personnel de santé."

(LpR - Source : le Vif/picture : Pixabay)

LpR

LpR

Sport and data journalist @Tagtik - Crystal Palace, Andy Hampsten, Antoine Blondin & Sachin Tendulkar - redaction@tagtik.be

Pour aller plus loin