Tagtik

Confinement : une épreuve à ne pas sous-estimer

Au-delà des risques de santé publique, la pandémie de coronavirus fait craindre une autre menace que l'on peut qualifier de sournoise : les conséquences de cette situation en matière de santé mentale. C'est en tout cas ce qu'indiquent plusieurs psychologues, dont les propos sont largement relayés dans la presse ces derniers jours. Selon les spécialistes, les modalités et conditions d'un confinement jouent effectivement beaucoup sur notre psychisme. Petit éclairage...

Difficultés intra-familiales

"Pour les familles, la période est compliquée. Pour les parents, la charge est énorme, qu'ils doivent aller travailler ou non. On sait que plus les parents sont épuisés, moins ils ont de ressources pour gérer les enfants, mais aussi pour s'autogérer. Pour le dire platement : c'est une période où l'on pète plus facilement les plombs !", explique Moïra Mikolajczak, de l'UCLouvain dans le quotidien L'Echo.

Télétravailler pour la première fois

Avant la crise sanitaire, le télétravail ne faisait pas encore entièrement partie de notre culture. Selon les chiffres du SPF Économie, l'année passée, seul 1 travailleur sur 5 était régulièrement ou occasionnellement concerné par le travail à distance. Suite à cette crise sanitaire inédite, le télétravail s'invite de manière subite dans nos vies professionnelles, bouleversant nos habitudes... Il faut donc s'adapter en structurant ses journées de travail sans être au travail... Un changement qui peut engendrer beaucoup de stress.

Solitude

Autre contexte, autre menace : les personnes vivant seules. Cloîtrées dans leur petit appartement ou leur maison à la campagne, ces personnes peuvent aussi vivre très difficilement le confinement. La distanciation sociale imposée renforce le sentiment d'abandon. Pour elles, c'est la pandémie de solitude qui se profile à l'horizon...

Explosion du burnout dans l'Hexagone : "ça va arriver chez nous aussi"

En France, de nombreux cas de burnout ont été enregistrés depuis le début des mesures prises par les autorités, explique la RTBF. 'Enfance maltraitée', l'équivalent de 'SOS Enfants' en Belgique, est gorgé d'appels depuis le début du confinement. Cette période est malheureusement propice aux violences. La probabilité que cette situation arrive aussi en Belgique est très élevée.

Vous vivez mal le confinement ? Un numéro d'appel peut vous aider si vous vous sentez fragilisé : 0800/30.030. Vous pouvez également consulter le site burnoutparental qui vous donnera des conseils afin de limiter le risque.

Heureusement, dans ce contexte particulier, des initiatives solidaires voient le jour. De nombreux citoyens offrent aussi leur soutien et proposent leur aide aux personnes fragilisées et/ou isolées.

(FvE - Source : L'Echo/RTBF - Illustration picture : Pixabay)

FvE

FvE

PR/Press/Copywriter - Coach en devenir - Reading addict - Globetrotteuse

Pour aller plus loin