Tagtik

Bicky Burger : déjà 300 plaintes

Bicky Burger est dans l'oeil du cyclone... Sa nouvelle campagne de pub a provoqué mardi un tollé sur la toile. En une nuit, le Jury d’Ethique Publicitaire a déjà reçu 300 plaintes. De son côté, l'Institut pour l’égalité entre les femmes et les hommes en dénombre une trentaine.

Depuis hier, le Jury d’Ethique Publicitaire (JEP) a déjà reçu environ 300 plaintes concernant la publicité de la fameuse marque de hamburgers Bicky Burger, indique Le Soir.

Pour rappel, dans l'illustration dévoilée hier au grand public, on voyait un homme frapper une femme violemment en plein visage car celle-ci ne lui proposait pas un "vrai" Bicky Burger. Banalisant par là même les violences envers les femmes, cette campagne a provoqué mardi un tollé général sur la toile. Bicky Burger est partout et scandalise, relaye La Dernière Heure. "Super la promotion qui fait de la pub pour les violences conjugales. Encore bravo pour cette belle initiative. #badbuzz #ViolencesFaitesAuxFemmes", écrit un internaute. "Aussi lamentables que scandaleux", embraye un autre.

Ce matin, Sandrine Sepulchre, présidente du JEP se dit "submergée". Le nombre de plaintes est totalement inhabituel pour l'organe d'autorégulation de la publicité. A titre de comparaison, la campagne controversée pour une entreprise de prostitution étudiante, 'Rich Meets Beautiful', sortie en 2017, avait à l'époque provoqué une centaine de plaintes.

De son côté, l'Institut pour l’égalité entre les femmes et les hommes a aussi reçu une trentaine de plaintes entre hier soir et ce matin, 8 heures. Un chiffre totalement inhabituel pour l'institut qui reçoit une dizaine de plaintes par jour, tous domaines confondus, indique Le Soir. 

Plusieurs personnalités belges ont tenu à réagir à ce bad buzz. C'est notamment le cas du socialiste Paul Magnette qui a a publié le message suivant sur son compte Twitter : "Et bien moi je ne mangerai plus jamais de Bicky Burger (et ça ne me manquera pas)".

On se doute pourtant que Bicky Burger n'est pas surpris par cette levée de boucliers. Les responsables marketing de la marque ont dû se dire : "En bien ou en mal, peu importe, pourvu qu'on en parle", analyse à juste titre L'Echo. "On est dans l'archétype même du bad buzz intentionnel" et la mayonnaise prend! En une journée Bicky Burger a fait vomir la toile. Choquant mais efficace ! CQFD.

(FvE - Source : le Soir / L'Echo / La Dernière Heure - Picture : Pixabay)

FvE

FvE

PR/Press/Copywriter - Globetrotteuse - AsiaMania - Reading addict

Pour aller plus loin