Tagtik

Affaire Benalla: qui veut faire taire Mediapart?

Pour Edwy Plenel, c'est clair : "L’Elysée ne cesse de vouloir étouffer, et nous en avons encore la preuve aujourd’hui, cette affaire Benalla, qui est une affaire d’Etat."

L’affaire Benalla a connu un nouveau développement, ce lundi en France. On apprend en effet que le parquet de Paris a vainement tenté de perquisitionner les locaux du site d'information Mediapart, lundi vers 11h00, après la diffusion la semaine passée d’une conversation de l’ex-conseiller d’Emmanuel Macron.

Mediapart a indiqué avoir refusé l’accès à ses locaux, où s’étaient présentés deux magistrats du parquet et des enquêteurs qui voulaient saisir des enregistrements. Mediapart a pour sa part immédiatement dénoncé "un acte violent et rarissime" et une "manoeuvre visant à trouver et tarir les sources" du journal.

En convoquant, lundi après-midi, une conférence de presse, les responsables du site entendaient souligner la "gravité" que représente cette tentative de perquisition de leurs locaux, dans le cadre d’une enquête sur la diffusion d’enregistrements de l’ex-homme de confiance d’Emmanuel Macron, Alexandre Benalla.

Lundi matin, deux magistrats du parquet, accompagnés d’enquêteurs, se sont présentés dans les locaux du site d’information. Dans le cadre d’une enquête ouverte par le procureur de Paris, notamment pour atteinte à la vie privée de M. Benalla, ils entendaient saisir des enregistrements après la diffusion, la semaine passée, d’une conversation entre M. Benalla et Vincent Crase, quelques jours après leur mise en examen en juillet.

Les responsables du site ont refusé de se soumettre à cette perquisition. "Nous n’avons commis aucun délit; nous n’avons porté atteinte à la vie privée de personne; nous n’avons fait que révéler des faits d’intérêt public", s'est indigné le président et cofondateur du site, Edwy Plenel. Dénonçant "une dérive liberticide quant à la liberté d’informer et sa pierre angulaire, le secret des sources, Fabrice Arfi, coresponsable des enquêtes du journal a enfoncé le clou. "Ici, c’est un sanctuaire, pour que l’on puisse continuer à révéler des informations et protéger des sources."

Reste à savoir à qui profiterait la mise sous silence de Mediapart, spécialisé dans les enquêtes parallèles et difficiles. L'Elysée? L'entourage de Benalla? Les services qui lui ont délivré un passeport?

Pour Edwy Plenel, c'est clair : "L’Elysée ne cesse de vouloir étouffer, et nous en avons encore la preuve aujourd’hui, cette affaire Benalla, qui est une affaire d’Etat."

Chacun jugera en son âme et conscience...

(LpR/Picture : Twitter)

LpR

LpR

Sport and data journalist @Tagtik - Crystal Palace, Andy Hampsten, Antoine Blondin & Sachin Tendulkar - redaction@tagtik.be

Pour aller plus loin