Tagtik

Fiscalité alourdie pour les SUV à Bruxelles

Le gouvernement bruxellois souhaite adapter le fiscalité automobile en prenant désormais en compte le poids et les émissions réelles des véhicules. Une mesure qui vise essentiellement les SUV's.

Presqu'un Belge sur quatre roule en SUV, un véhicule plus lourd que les berlines ou autres citadines. Le SUV ou "Sport Utility Vehicle", est à l'origine le nom donné aux 4x4 utilitaires sur le continent nord-américain. Cependant, on emploie aujourd'hui ce terme sur la totalité du globe pour désigner un véhicule, à l'apparence tout-terrain, mais aux prestations proches d'une berline.

Très en vogue, ces véhicules ont un impact négatif non négligeable sur la sécurité routière et l'environnement. C'est pourquoi le gouvernement bruxellois à décidé de taxer plus lourdement ce type de véhicules, dans l'espoir que les Bruxellois optent à l'avenir pour des voitures plus petites et plus légères. "Nous voulons inciter la population à choisir des voitures plus petites", explique la Ministre bruxelloise de la Mobilité, Elke Van den Brandt (Groen), interrogée par Bruzz. "Nous visons un air plus pur et des routes plus sûres", explique-t-elle.

Mais les SUV sont-ils vraiment responsables de tous ces maux ? "Comme ils sont globalement plus lourds, plus puissants et moins aérodynamiques que les berlines classiques, ils consomment plus de carburant et émettent davantage de CO2. C'est donc effectivement un vrai enjeu climatique", confie au Parisien Jeremie Almosni, chef du service transport et mobilité à l'Ademe, Agence (française) de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Énergie.

Mais l'enjeu pour les villes est-il uniquement environnemental ? "Pas seulement. Les SUV sont aussi plus encombrants et occupent donc davantage d'espace que les autres véhicules. En 1996, les voitures mesuraient en moyenne 1,68 m de large. En 2016, on est passé à 1,78 m. Et on pense que le marché des SUV a accéléré cette tendance à l'élargissement. Cela pose des problèmes de cohabitation en ville avec les vélos, les deux-roues motorisés et les piétons. Des études américaines et canadiennes ont par ailleurs montré qu'un piéton a deux fois plus de risques d'être tué suite à une collision avec un SUV qu'avec une berline. Notamment pour une question de visibilité", conclut le spécialiste. 

(LpR - Source : Bruzz - Le Parisien/picture : Pixabay)

LpR

LpR

Sport and data journalist @Tagtik - Crystal Palace, Andy Hampsten, Antoine Blondin & Sachin Tendulkar - redaction@tagtik.be

Pour aller plus loin