Tagtik

20 ans de fraude au chômage, 20.000 euros à rembourser

Des déclarations tronquées à l'Onem ont coûté cher à ce justiciable de 51 ans, contraint de rembourser les allocations indûment perçues...

C'est l'histoire de Laurent, 51 ans. En novembre 1996, il devient le papa d'un petit garçon avant de se séparer de sa compagne deux mois plus tard. Le 31 décembre 1996, le juge de paix ordonne à Laurent de payer une part contributive de 100 euros (en francs belges à l'époque) pour intervenir dans les frais d’entretien et d’éducation de son enfant.

En juin 2001, le juge de la jeunesse fixe l’hébergement principal de l'enfant chez la maman et un hébergement subsidiaire chez le papa. La part contributive est rabaissée à 62,5 euros mensuel. En 2003, cette somme est revue pour s'élever à 85 euros.

Mais, entre 1996 et 2012, Laurent n'a jamais payé sa part contributive et n'a versé que 10 euros par mois à partir de juin 2012.

Léger problème, pendant toutes ces années, Laurent continue de déclarer à l'Onem qu'il paye une part contributive de 100 euros ce qui lui permet de toucher des allocations de chômage plus élevées, comme travailleur ayant charge de famille.

La fraude s'élevant à un montant total de plus de 24.000 euros, Laurent devra rembourser cette somme à l’Onem. Il a également écopé d’une peine de travail de 200 heures. Le tribunal a estimé que l'intention frauduleuse était avérée, vu ses déclarations mensongères et répétées.

(LpR/Picture : Pixabay)

LpR

LpR

Sport and data journalist @Tagtik - Crystal Palace, Andy Hampsten, Antoine Blondin & Sachin Tendulkar - redaction@tagtik.be

Pour aller plus loin