Tagtik

Pourquoi il faut éliminer les chats sauvages

L'éradication ce ces prédateurs sur plus de 100 îles recensées pourrait sauver certains des espèces les plus rares de notre planète...

Certains scientifiques plaident pour une éradication généralisée des chats et des chiens sauvages, ainsi que des porcs, des chèvres, des rats et des souris afin de protéger les espèces en voie de disparition dont ils sont la proie, indique la BBC.

Ces scientifiques ont calculé que l'éradication ce ces prédateurs sur plus de 100 îles recensées pourrait sauver certains des espèces les plus rares de notre planète.

Les îles qu'ils ont étudiées ont souffert de l'extinction de 75% de leurs oiseaux, mammifères, amphibiens et autres reptiles au cours des 500 dernières années, à cause de l'introduction par les humains d'espèces non endémiques.

Et ces intrus, comme les chats sauvages, mettent gravement en péril la faune indigène. "Eradiquer les mammifères envahissants des îles serait un moyen efficace d'éliminer une menace essentielle pour les espèces insulaires, de prévenir les extinctions et de préserver la biodiversité", explique le Dr Nick Holmes, du groupe Island Conservation.

Sur certaines îles, des projets d'éradication ont déjà été couronnés de succès. Ainsi, le territoire britannique de la Géorgie du Sud a été débarrassé de ses rongeurs pour la première fois en plus de 200 ans.

Outre les chats, les souris sont les principaux ennemis des poussins d'oiseaux de mer menacés. "Cette étude montre à quel point il est important d'éliminer les mammifères invasifs des îles pour éviter de nouvelles extinctions", a déclaré Jonathan Hall, responsable des territoires d'outre-mer du Royaume-Uni. "Ce qu'il faut maintenant, c'est la volonté politique et les fonds nécessaires pour mener à bien ce travail si nécessaire et redonner à ces îles toute leur splendeur passée."

(LpR - Source : BBC/Picture : Photo by Viktor Vasicsek on Unsplash)

LpR

LpR

Sport and data journalist @Tagtik - Crystal Palace, Andy Hampsten, Antoine Blondin & Sachin Tendulkar - redaction@tagtik.be

Pour aller plus loin