Tagtik

Qui décide vraiment des prix à la pompe?

A quoi correspond exactement le tarif affiché à la pompe de votre station-service? Qui a fixé ce prix ? Et comment?

Commençons par le début : la Belgique est le seul pays européen a s'être doté, dans les années '70, d'un contrat-programme entre l’État et la Fédération pétrolière. Objectif de ce contrat: lisser les changements de prix et "amortir" les hausses, mais aussi les baisses.

Après le premier choc pétrolier de 1973, l'approvisionnement du pays en produits pétroliers s’est trouvé compromis en raison de l'adaptation trop lente du prix maximum des produits pétroliers en Belgique à l'évolution du marché mondial.

Les marques pétrolières étaient alors confrontées à des prix de vente maximum qui ne reflétait pas l'augmentation du prix d'achat. Après une concertation entre la Fédération Pétrolière Belge et le ministre des Affaires économiques sur cette problématique, le premier "contrat programme" était signé par les deux parties en 1974.

Le principal objectif du contrat de programme était de mettre en place une formule structurelle et automatique de calcul des prix de vente maxima des produits pétroliers. En pratique, c'est le SPF Économie qui fixe chaque jour le prix maximum du carburant en Belgique. Ce calcul se fait sur base des cotations des produits finis sur les marchés internationaux et du cours de change du dollar américain par rapport à l'euro. L'adaptation du prix maximum est automatique, et communiquée par le SPF Économie.

Ensuite, les grosses sociétés pétrolières choisissent de fixer leurs prix, certaines choisissant de travailler sous le prix maximum comme Lukoil qui propose actuellement son opération "Jeudis fous" jusqu’au 16 mai.

Mais la majorité des marques établissent leurs prix à la pompe en suivant au millimètre le prix maximum fixé par le SPF Économie. Chez Q8, par exemple, les pompistes franchisés n’ont aucune marge de manoeuvre. "Le prix est fixé et nous n’avons pas le droit de le modifier", indique à la DH un pompiste travaillant avec cette marque. "On peut imaginer une action spéciale dans certaines pompes, mais c’est toujours quelque chose qui doit venir d’en haut."

(LpR/ Picture : Pixabay )

LpR

LpR

Sport and data journalist @Tagtik - Crystal Palace, Andy Hampsten, Antoine Blondin & Sachin Tendulkar - redaction@tagtik.be

Pour aller plus loin