Tagtik

La Belgique, paradis fiscal pour les fortunes françaises

Ce qui rend la Belgique si attractive pour ces Français? Outre l'absence d'impôt sur la fortune, c'est la non taxation des plus-values sur les reventes d’actions de leur société. Un contexte fiscal qui fait de la Belgique un véritable eldorado...

Il y a quelques jours, en marge de l'arrestation et de l'emprisonnement de Carlos Ghosn au Japon, on apprenait - via une révélation du journal Libération - que l'ancien patron du groupe Renault était résident fiscal néerlandais depuis 2012. Une nouvelle qui a fait l'effet d'une bombe en France.

Pourtant, Carlos Ghosn n'est pas le premier grand patron français à avoir chosi de payer ses impôts dans un pays tiers, surtout après la mise en place d’une taxe sur les hauts revenus, sous la présidence de François Hollande. Même si cette taxe a été supprimé depuis (en 2015), l'exil fiscal du patronat français n'a jamais vraiment cessé : Gérad Mulliez (Auchan), Bernard Arnault (LVMH), Serge Dassault, famille Bongrain (Caprice des dieux) ou Emmanuel Besnier (Lactalis) on tous posé leurs valises chez nous.

Et le showbiz n'est pas en reste : Gérard Depardieu, Arthur, Paul-Loup Sullitzer ou Christian Clavier sont passé à un moment ou un autre par la Belgique. Même s'ils soutiennent le contraire, éviter l’impôt sur la fortune est leur principale motivation.

"Ces personnes viennent s’installer en Belgique car notre pays leur offre un cadre général effectivement plus avantageux qu’en France, notamment sur le plan fiscal" , explique Marc Bourgeois, professeur de droit et coprésident de l’Institut de fiscalité de l’Université de Liège, interrogé par La Libre. S'installer chez nous n'a rien d'illégal, mais c'est beaucoup plus discutable sur le plan moral.

Ce qui rend la Belgique si attractive pour ces Français? Outre l'absence d'impôt sur la fortune, c'est la non taxation des plus-values sur les reventes d’actions de leur société. Un contexte fiscal qui fait de la Belgique un véritable eldorado. Du moins pour les Français les plus fortunés. Les autres, soit la grande majorité des travailleurs de l'Hexagone, n'ont aucun intérêt à passer sous pavillon fiscal belge, les revenus du travail étant moins imposés en France qu’en Belgique…

(LpR : Source: La Libre/Picture : Belga)

LpR

LpR

Sport and data journalist @Tagtik - Crystal Palace, Andy Hampsten, Antoine Blondin & Sachin Tendulkar - redaction@tagtik.be

Pour aller plus loin