Tagtik

2.400 Belges piégés par l'épargne-pension

D'après les dernières statistiques du SPF Finances, 2.397 personnes exactement ont investi dans leur assurance d’épargne-pension un montant qui leur donnera un avantage fiscal inférieur à celui qu'ils auraient obtenu s'ils avaient versé un peu moins, indique le quotidien L'Echo.

Ces contribuables ont en effet versé, en 2019, plus de 980 euros mais moins de 1.176 euros. Conséquence : leur avantage fiscal est rogné de 5%.

Un effet pervers qu'il est pourtant facile de contourner quand on est conscient d'une anomalie du système de l'épargne-pension entré pour la première fois en vigueur en 2018.


Le défaut de l'avantage fiscal

Pour comprendre le mécanisme, il faut savoir que depuis deux ans, l'épargne-pension possède deux plafonds distincts : l'un est fixé à 980 euros et l'autre à 1.260 euros (montants indexés pour l'année 2019).

Le principe est assez simple : le contribuable qui a épargné en 2019 une somme comprise entre ces deux plafonds ne bénéficie que d'une déduction fiscale de 25%, alors que celui qui a investi un montant inférieur à 980 euros, obtiendra une réduction fiscale de 30%.

Ainsi, un contribuable qui a cotisé à hauteur de 1.000 euros en 2019 obtiendra une réduction d'impôt de 250 euros (25% de 1.000 euros), alors que s'il avait limité son versement à 980 euros, il aurait droit à une ristourne fiscale de 294 euros (30% de 980 euros). Pour rappel, en 2018, ce piège fiscal s'était refermé sur 3.312 personnes.


Combien épargner en 2020 ?

Cette année, les deux plafonds de l'épargne-pension sont fixés, après indexation, à 990 euros et 1.270 euros. Pour éviter de tomber dans le piège fiscal, l'épargnant a donc intérêt à cotiser à concurrence de maximum 990 euros, soit verser au moins 1.188 euros, conseille le quotidien L'Echo.

(Fabienne van Elmbt - Source : L'Echo - Image : Pixabay)

 

 

Fabienne van Elmbt

Fabienne van Elmbt

Rédactrice web / Life Coach

Pour aller plus loin