Tagtik

Une enquête dénonce nos antibiotiques trop chers

Le Gouvernement avait décidé de diminuer le remboursement des antibiotiques avec pour objectif avoué de faire baisser leur consommation. C'est loupé, selon Solidaris, l'Union nationale des mutualités socialistes.

La Belgique reste dans le peloton de tête des pays consommateurs d'antibiotiques, même si les statistiques indiquent une très légère diminution du nombre de prescriptions (moins 0,7% en 2017 comparé à 2016).

Pourtant, depuis le 1er mai 2017, la part payée par la majorité des patients pour leurs antibiotiques a doublé (50% contre 25% auparavant), à l'exception de ceux qui bénéficient de l'intervention majorée (BIM) en raison de leur situation socio-économique précaire.

"Les économies réalisées par l'assurance maladie ont été faites sur le dos du patient: sa facture pour les antibiotiques a augmenté en moyenne de plus de 85% entre 2016 et 2017", s'indigne Solidaris, qui décortique l'évolution de la consommation d'antibiotiques de 2009 à 2017 et évalue l'impact des politiques menées en la matière.

Les premières victimes de ces augmentations? Les citoyens les plus  précarisés. "Cette hausse touche particulièrement les patients les plus vulnérables: leur facture annuelle a plus que doublé pour atteindre près de 50 euros en 2017 contre un peu plus de 20 euros en 2016", précise l'organisation mutualiste.

En conséquence, Solidaris demande l'arrêt de cette pénalisation des patients et souhaite que la priorité soit mise sur des mesures de sensibilisation de la population et des prescripteurs. "Des mesures contraignantes responsabilisant les plus gros prescripteurs doivent donc s'envisager dans un second temps, lorsque les mesures de sensibilisation n'ont pas fonctionné", conclut Solidaris.

Autre son de cloche, on s'en serait douté, au cabinet de la ministre de la Santé publique, Maggie De Block. "Pour la première fois, la consommation a diminué alors qu'elle était chaque année en augmentation. Mais un retard historique doit être résorbé. Les prix plus élevés des antibiotiques font partie d'une stratégie plus large pour limiter leur usage", pointe Audrey Dorigo, la porte-parole de la ministre, qui se félicite que les mesures prises aient, selon elle, fait baisser par exemple l'utilisation des antibiotiques à large spectre, qui présentent un risque d'émergence de résistance en cas d'utilisation massive.

(LpR avec Belga/picture Pixabay)

LpR

LpR

Sport and data journalist @Tagtik - Crystal Palace, Andy Hampsten, Antoine Blondin & Sachin Tendulkar - redaction@tagtik.be

Pour aller plus loin