Tagtik

Payer son dentifrice avec des chèque-repas, c'est fini !

Mauvaise nouvelle pour ceux qui avaient l'habitude de payer toutes leurs courses au supermarché avec des chèques-repas. Certains articles de votre caddie ne seront bientôt plus acceptés contre ces chèques.

Faire ses courses de la semaine et régler à la caisse le total de ses dépenses avec des chèques-repas était une habitude bien ancrée chez des centaines de milliers de consommateurs belges. Jusqu'ici, plusieurs enseignes de la grande distribution ne faisaient en effet pas de distinction entre les denrées alimentaires et les produits non-alimentaires. Et l'on pouvait donc payer indifféremment une botte de carottes ou un tube de dentifrice avec les chèques reçus de son employeur. Mais ce sera bientôt du passé, puisque le groupe Colruyt annonce que toutes ses marques (Colruyt, Okay, Spar et Bio-Planet) refuseront les paiements via les chèque-repas pour le ‘non food’ à partir du 1er septembre, précise une dépêche Belga, relayée par Le Vif.

Dès le 1er septembre

"En concertation avec les émetteurs de chèques-repas et la fédération sectorielle Comeos, nous sommes parvenus à un engagement d'automatiser le processus de distinction" (entre les deux types d'achat, ndlr), explique la porte-parole de Colruyt.

D'autres chaînes de supermarchés ne faisaient pas non plus la distinction entre food et non food. Delhaize annonce également qu'au 1er septembre, les chèques-repas ne seront plus acceptés pour les produits non-alimentaires.

Wim Van Edom, de Comeos, confirme les changements apportés. "VIA (l'organisation rassemblant les émetteurs de chèques-repas, NDLR) a décidé de mieux contrôler la bonne application du système. Ce n'était pas une mince affaire de réaliser cela correctement partout. Un calendrier avait donc été établi afin de laisser aux magasins le temps d'adapter leurs systèmes de caisse. La crise du coronavirus n'a pas accéléré les choses, mais l'échéance finale a été fixée à septembre."

Un ticket transparent

Une application simple et claire, annoncée comme transparente pour le client, déchargera les caissiers de tout travail supplémentaire. Le processus sera entièrement automatisé.

Désormais, votre ticket de caisse reprendra donc sans doute le total de vos achats (food + non food) et la somme maximale que vous pouvez régler avec vos chèques-repas. Une petite révolution pour les consommateurs et de nombreuses familles belges…

 

(Léopold Marie - Sources : Le Vif - Image : Pixabay)

* Ce contenu, créé par la rédaction de Tagtik, est paru dans sa version originale sur le site de notre partenaire Fiscal Team : http://www.fiscalteam.be/

Léopold Marie

Léopold Marie

Journaliste FR en mouvement perpétuel - Sports, mobilité, environnement

Pour aller plus loin