Tagtik

Victime des attentats et en grève de la faim à Zaventem

S'estimant victime collatérale des attentats de Zaventem, Philippe Vandenberghe est en grève de la faim depuis le 14 février pour protester contre la qualification de son taux d’invalidité par les médecins de l’Office médico-légal...

Informaticien de métier, titulaire d'un brevet de secoursite et travaillant à Zaventem le jour des attentats du 22 mars 2016, Philippe Vandenberghe a été ce jour-là un des premiers à porter secours aux victimes et à venir en aide aux mourants dans le hall de l’aéroport.

S'estimant victime collatérale des attentats de Zaventem, il est en grève de la faim depuis le 14 février pour protester contre la qualification de son taux d’invalidité par les médecins de l’Office médico-légal. Installé dans un premier temps sous une tente à l’extérieur de l’aéroport, il s'est ensuite installé sur un lit de camp à la rangée 11 où a explosé la première bombe, avant de déménager à la rangée 4 où a eu lieu la deuxième explosion.

Il raconte son expérience dans un livre, "Après ça, 7:58 Brussels Airport" et se dit déterminé à faire reconnaître ses droits face à une administration belge qui lui paraît souvent inhumaine et peu informée.

Le médecin lui a accordé le taux le plus bas d’invalidité (20 %) sans consulter sérieusement les rapports de son médecin et de son psychologue, explique-t-il. Et la loi du 18 juillet 2017, qui encadre l’expertise médico-légale des victimes du terrorisme, a été adoptée sans procédure de recours, pourtant prévue par le législateur.

En attendant, il patiente "Je n’ai toujours reçu aucune réponse à mes emails adressés aux services de la Santé, de la Pension, au ministère des Transports et à mon syndicat", écrit-il mercredi.

(LpR/Picture : Twitter )

LpR

LpR

Sport and data journalist @Tagtik - Crystal Palace, Andy Hampsten, Antoine Blondin & Sachin Tendulkar - redaction@tagtik.be

Pour aller plus loin