Tagtik

Mort de Mawda: enquête partiale du Comité P?

Le Comité P démontre-t-il son incapacité à remplir pleinement son rôle de contre-pouvoir et son manque d'indépendance, déjà relevés par les juridictions européennes?

Alors qu'il n'est pas encore officiellement publié, le rapport du Comité P (la police des polices) sur le tir d'un policier qui a coûté la vie en mai 2018 à Mawda, une migrante de 2 ans, fait déjà l'objet de vives polémiques.

Selon Paris Match Belgique, qui a pu lire ce rapport, le Comité P s'est focalisé sur les problèmes de communication et de coordination au sein des forces de l'ordre, en faisant volontairement l'impasse sur quelques questions cruciales.

le document, qui fera l'objet d'un débat parlementaire ce mardi matin, s'intéresse de près à la poursuite menée sur l'autoroute, mais oublie volontairement d'examiner l'incident de tir sous prétexte qu'il sera examiné lors de la procédure judiciaire.

Le Comité P indique par ailleurs que cette course-poursuite est à replacer dans le contexte de l'opération Medusa, destinée à lutter contre l'embarquement de migrants dans des camions stationnés sur les parkings d'autoroutes.

Le rapport confirme l'existence d'une réunion policière le 31 mai 2018, une semaine après l'incident mortel, et de plusieurs débriefings opérationnels organisés entre le 22 mai 2018 et le 6 juin 2018. Mais le Comité P n'y voit aucune tentative de "coalition de fonctionnaires", comme dénoncé par plusieurs juristes.

Paris Match Belgique pointe encore l'absence de confrontations, entre policiers ayant livré des versions contradictoires, les enquêteurs ayant choisi de ne pas réentendre les personnes concernées et de se limiter aux auditions réalisées précédemment.

Le rapport ne mentionne pas non plus les 40 minutes de délai entre l'interception de la camionnette et l'alerte au parquet, sans mention initiale d'un tir.

Si les communications entre les policiers et leur dispatching n'ont pas été enregistrées à cause d'une défaillance technique, le rapport du Comité P ne parle pas de la conversation téléphonique, environ 1h30 après le coup de feu, entre le policier-tireur et le dispatcheur, lequel affirmait : "On est enregistrés. Moins on en sait, mieux c'est".

En négligeant ces zones d'ombre, le Comité P démontre-t-il son incapacité à remplir pleinement son rôle de contre-pouvoir et son manque d'indépendance, déjà relevés par les juridictions européennes?

Chacun jugera en son âme et conscience...

(LpR/Picture : Twitter)

LpR

LpR

Sport and data journalist @Tagtik - Crystal Palace, Andy Hampsten, Antoine Blondin & Sachin Tendulkar - redaction@tagtik.be

Pour aller plus loin