Tagtik

Les défaites anglaises, coup d'envoi des violences familiales

L'Italie a remporté dimanche soir l'Euro de football et des millions d'Anglais sont hors d'eux, comme tétanisés par cette défaite, au bout d'un match psychologiquement épuisant. Pour certain(e)s, les lendemains de défaite et les heures qui suivent un match sont un véritable enfer.

 

Une finale comme celle de dimanche, entre l'Angleterre et l'Italie, devrait pourtant considérée a priori comme une grande rencontre sportive et une occasion de faire la fête. Mais c'est d'abord un vrai calvaire pour certain(e)s.

Avant le match (intrusion forcée dans le stade) et dès le coup de sifflet final (fans italiens tabassés), les plus excités des supporters anglais avaient déjà laissé entrevoir quelques uns de leurs plus sombres côtés. Et certaines organisations d'aides aux familles et aux victimes de violence familiales rappelaient même qu'elles craignaient le pire pour les heures qui allaient suivre le match.

C'est ainsi que le NCDV, centre national pour les violences familiales (National Centre for Domestic Violence), a signalé dans un tweet publié juste avant le coup d'envoi, qu'au Royaume-Uni, les violences domestiques augmentaient de 26% lors d'un match de l'équipe nationale anglaise et même de 38% en cas de défaite.

Ce n'est donc pas un hasard si, dimanche soir, de nombreuses femmes anglaises ont publié sur Twitter des messages dans lesquelles elles se disaient prêtes à accueillir des voisines qui ne se sentiraient pas en sécurité dans leur cercle familial.

Le football, révélateur de nos plus bas instincts? Pour les femmes et les enfants de certains fans, c'est une bien triste réalité...

(LM avec Fausto/ Source: Twitter, HLN/Picture: Twitter NCDV)

 

 

 

Léopold Marie

Léopold Marie

Journaliste FR en mouvement perpétuel - Sports, mobilité, environnement

Pour aller plus loin