Tagtik

Des femmes de djihadistes libérées contre 4000 dollars

En Belgique, via des groupes fermés sur les réseaux sociaux, de l'argent serait récolté pour libérer des femmes de combattants de l'Etat Islamique, emprisonnées en Syrie...

Les femmes de combattants djihadistes actuellement emprisonnées dans des camps Kurdes au nord de la Syrie pourraient racheter leur liberté à des passeurs qu'elles payent entre 2.000 et 8.000 dollars, affirme le quotidien De Morgen qui a recueilli les propos d'une femme enfermée dans un de ces camps.

"Cela coûte de 2.000 à 8.000 dollars, en fonction de votre nationalité", explique-t-elle. "Les Européennes payent au minimum 4.000 dollars. Mais les enfants de moins de 8 ans peuvent les accompagner gratuitement."

Des perquisitions menées la semaine passée à Bruxelles et à Liège suggèrent qu'en Belgique, via des groupes fermés sur les réseaux sociaux, de l'argent est récolté pour libérer des femmes de combattants de l'Etat Islamique. 8.000 euros ont ainsi été saisis lors des opérations menées la semaine dernière. Cet argent est-il véritablement utilisé pour libérer des femmes? La réponse des enquêteurs n'est pas encore 100% affirmative. Ils pourrait aussi servir à la sortie de leurs maris, les hommes étant plus difficiles à libérer. Avec tous les risques que comporterait alors le retour de ces radicalisés dans leur pays d'origine.

(LpR avec Fausto - Source: De Morgen/Picture: Pixabay)

LpR

LpR

Sport and data journalist @Tagtik - Crystal Palace, Andy Hampsten, Antoine Blondin & Sachin Tendulkar - redaction@tagtik.be

Pour aller plus loin